Kobudo

Kobudo signifie “art martial ancien”. Sous cette désignation, on peut regrouper beaucoup de disciplines, mais en Aïkibudo, il s’agit des armes du samurai.

Tout pratiquant d’Aïkibudo se doit de pratiquer les armes traditionnelles japonaises que sont le sabre (ken), le bâton long (bo), la hallebarde (naginata) et la lance (yari).

Les techniques que nous apprenons sont celles d’une école d’armes japonaise fondée au XVe siècle et classée “bien culturel” au Japon : la Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu.

Le débutant kobudoka apprend tout d’abord à manier le sabre en s’exerçant aux frappes de base (suburi), ainsi que les positions fondamentales (kamae). Ensuite, un premier kata éducatif (ken no kata) permettra de mettre en pratique ces techniques élémentaires.

L’étude des armes est complémentaire à celle des techniques à mains nues et les relations entre le mouvement de la main et celui du sabre sont multiples. L’une apporte davantage en ce qui concerne l’assise du corps, le sens de la précision et la rigueur; l’autre met l’accent sur la disponibilité du corps et de l’esprit, la rapidité, la souplesse et la sûreté du jugement. Toutes les deux insistent sur la concentration, l’absence de peur, la détermination, l’attitude parfaite et le respect d’autrui.

Le Kobudo constitue l’une des composantes historiques de l’Aïkibudo et représente donc l’un de ses aspects traditionnels aux côtés de la pratique à mains nues.

Sa pratique est inscrite dans l’art de l’Aïkibudo.

Le programme complet de la Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu :

  • ken-jutsu : art du sabre
  • bo-jutsu : art du bâton
  • naginata-jutsu : art de la hallebarde (fauchard)
  • iai-jutsu : art de couper en tirant le sabre du fourreau
  • ryoto-jutsu : art de la pratique aux 2 sabres
  • kodachi-jutsu : art de la pratique au petit sabre
  • soo-jutsu : art de la lance de pointe (yari)
  • shuriken-jutsu : art de lancer les pointes (armes de jet manuelles)
  • ju-jutsu : art de combat à mains nues
  • nin-jutsu : art de la pratique de l’espionnage
  • sen-jutsu : art de la stratégie guerrière
  • chikujo-jutsu : art de la construction de fortifications

L’ensemble des techniques de cette école est enseigné au sein de la FKSR (Fédération de Katori Shinto Ryu) où l’aïkibudoka peut passer les grades dan et le monitorat fédéral.

La FKSR a été fondée par Maître Alain Floquet, shibucho de Sugino Yoshio O-Sensei. Son président en exercice est Christian Brun et son directeur technique fédéral est Daniel Dubreuil.

De nombreuses informations sur l’école Katori Shinto Ryu, sur le sabre japonais, ainsi que sur l’histoire du Japon médiéval sont disponibles sur le site www.fksr.fr

Vous pourrez aussi y télécharger le programme de progression technique du débutant au 1er Dan.

Katori-Shinto-Ryu : itsutsu

katana