Le Dojo

Le dojo (道場, dôjô) est le lieu consacré à la pratique des budo ou à la méditation bouddhiste zen. Littéralement en japonais, dô signifie la voie et jô signifie le lieu, l’endroit. Le dojo est le lieu où l’on étudie / cherche la voie. A l’origine, le dojo désigne la salle de lecture et d’étude, un lieu où l’on enseigne les arts floraux, martiaux, la cérémonie du thé…

Déontologie

Dès lors qu’on entre dans un dojo, il est nécessaire d’adopter une attitude empreinte de sérieux et de respect. Comme toute activité humaine codifiée, les Arts Martiaux possèdent une organisation et des règles particulières : le pratiquant de budo est dépositaire et garant des traditions héritées de ses prédécesseurs au sein des ryu dans lesquels il a été admis. Par son adhésion, le budoka s’engage au respect formel du code moral lié à son école.

dojo_plan

Reishiki, le rituel du dojo

Le rituel du dojo est simple et chacun se doit de le respecter. A l’entrée, on s’incline en un salut debout, ritsu rei, en direction du kamiza. Cela marque la séparation entre l’extérieur et le dojo, lieu privilégié où on étudie la Voie. En Aïkibudo, l’importance du salut est grande. C’est un acte d’engagement total envers l’Art, les Maîtres à qui on le doit, les autres pratiquants et soi-même. Il nécessite une grande rigueur d’exécution qui s’accompagne d’intentions pures. Le cours débute officiellement par un salut collectif au shinzen, au professeur, et à l’ensemble des présents, sous la conduite du plus ancien des élèves qui annonce les différentes actions :

  • SEIZA – «Assis», l’ensemble s’agenouille et se met en position d’assise parfaite sur les talons.
  • SENSEI NI REI – «Saluons le professeur», ou SHOMEN NI REI – «Saluons en face» (cas d’une commission), tous les présents y compris le professeur saluent.
  • OTAGAI NI REI – «Saluons-nous», tous les présents y compris le professeur saluent.
  • KIRITSU – «Levons-nous», ordre donné après que le professeur (et ses assistants s’il y en a) s’est relevé.

La fin du cours se ponctue par les mêmes saluts. Le retardataire doit effectuer seul le shinzen ni rei, et attendre en seiza, après avoir salué le professeur, que celui-ci l’invite à la pratique. Si on souhaite quitter le dojo avant la fin du cours, on ne peut le faire qu’après en avoir formulé la demande au professeur et après avoir effectué seul le sensei ni rei ou le shinzen ni rei.

On effectue le salut debout chaque fois qu’on rentre ou sort du dojo, qu’on monte ou descend du tatami, ainsi qu’avant et après chaque travail avec un partenaire. Lors de la pratique des armes, un salut particulier est effectué en fonction de l’arme employée, et de l’école pratiquée.

Le dojo, lieu d’étude, de travail et d’échanges, nécessite une attitude empreinte de sérieux et de respect. Il sera laissé dans le plus grand état de propreté, y compris les annexes. A cette fin, le port de zoori (sandales) est obligatoire et on ne doit pas marcher en dehors du tatami sans les porter. Elles sont alignées soigneusement le long du shimoza, en tournant le dos au kamiza. Une hygiène corporelle générale s’impose : le corps et les vêtements doivent être propres, les ongles coupés courts, le maquillage ôté. C’est une marque de respect tant envers soi-même qu’envers les autres.

 

japan16